Yamina Tadjeddine

Professeure de sciences économiques à l’Université de Lorraine, DEA Économie des Institutions 1994-1995

En 1994-1995, je préparais l’agrégation d’économie-gestion à l’ENS de Cachan. J’étais convaincue de faire un DEA (ancêtre du M2) mais jusqu’en février je tergiversais au gré de mes lectures pour préparer l’agrég : allez-je me diriger vers de l’économie théorique (le DEA du DELTA), vers de l’économie du développement (à Clermont-Ferrand), de la gestion et même le DEA Décision et Risque de l’ENS de Cachan. Et puis en février, mon choix se fixait de façon définitive sur le DEA Economie des Institutions, non pas pour la qualité des cours dispensés, mais parce que c’était l’unique façon de suivre le séminaire de recherche d’André Orléan, que je souhaitais avoir comme directeur de thèse après l’avoir écouté en conférence sur la spéculation autoréférentielle. J’ai donc atterri à La Défense –cette année-là une large partie des enseignements se déroulaient dans une salle de l’EPAD située sous l’esplanade- en septembre 1995. J’ai adoré presque tous les cours, et réalisé plus tard la qualité exceptionnelle des enseignants, Jean-Pierre Dupuy, Bernard Walliser, Robert Boyer, Olivier Favereau, Jean Cartellier, Michel Aglietta, André Orléan, Robert Salais, François Eymard-Duvernay, Olivier Thévenot. Je fus la seule mon année à suivre en totalité le séminaire d’André Orléan. Un cours particulier dans la bibliothèque du CREA dans l’ancienne Ecole Polytechnique, quelle extraordinaire initiation à la recherche. André accepta de me prendre en thèse et je pus poursuivre mes recherches sur la spéculation financière au CREA l’année suivante, conformément à mon vœu. Le DEA fut aussi l’occasion d’une rencontre non planifiée qui orienta à long terme ma recherche : François Eymard-Duvernay que je choisis pour encadrer mon mémoire mineur. Il m’initia à l’enquête par terrain. Mon mémoire mineur porta sur la prise de décision des traders. Grâce à des amis mais aussi l’aide précieuse d’une collègue de DEA, Sabine Montagne, je pus effectuer des entretiens en salle de marché durant l’année 1995-1996. Je découvris ainsi la réalité financière et une passion qui me porte toujours de fonder mes recherches sur l’observation du comportement des acteurs. C’est grâce à ce travail que je rencontrais Olivier Godechot et Fabian Muniesa et que nous fondèrent l’Association Etudes Sociales de la Finance, association dont je suis toujours membre active.

Après ma thèse et grâce au soutien indéfectible de Michel Aglietta, je fus recruté comme MCF à Nanterre et je rejoignis MINI-FORUM. Mes anciens enseignants de DEA devinrent mes collègues, pour ma plus grande joie. Quand en septembre 2012 après la soutenance de mon HDR sous la direction de Michel Aglietta, je créais un séminaire de recherches Etudes Sociales de la Finance qui fut ouvert aux étudiants du M2 IES. De septembre 2012 à mon départ pour Nancy en juin 2016, j’eus le bonheur d’avoir un séminaire dans ce M2 qui m’avait formé. La boucle était bouclée, je pouvais transmettre ce que j’avais reçu et recevoir des étudiants brillants et intéressés par les problématiques interdisciplinaires que j’affectionne. J’ai été heureuse de pouvoir encadrer des mémoires passionnants et de pouvoir encadrer les thèses de Nicolas Pinsard et Sophie Le Coz et de participer à l’encadrement d’Edoardo Ferlazzo et Rémi Mantelin.